Habiter2030 officiellement dans la course Solar Decathlon 2019
La Chronique du BTP, presse

Habiter2030 officiellement dans la course Solar Decathlon 2019

L’équipe portée par l’association Habiter2030 vient officiellement de décrocher son ticket pour le prochain Solar Décathlon. Alain Bornarel, instigateur de la démarche HQE en France, a donné le top départ des travaux à l’occasion d’une conférence inaugurale à La Condition Publique à Roubaix.

Elle a maintenant un peu plus d’un an pour être prête. L’équipe d’Habiter2030, regroupant l’Ecole nationale d’architecture de Lille (ENSAPL) avec 13 écoles régionales et une flopée de partenaires, représentera la France dans la compétition européenne Solar Decathlon. Le rendez-vous est donc pris à Budapest en juillet 2019 pour présenter un prototype à l’échelle 1. Thème de cette édition 2019 : la réhabilitation. Un projet commun devra donc émerger autour de la réhabilitation des maisons mitoyennes des années 1950, objet de travail choisi par la seule équipe française autorisée à concourir. De cet enjeu régional il faudra présenter le meilleur. Fin février, c’est donc par un premier workshop organisé à la Condition publique à Roubaix que les travaux des étudiants ont débité. Pour alimenter leur réflexion, la parole était donnée à Alain Bornarel, ingénieur et pionnier de la construction écoresponsable, lors d’une conférence inaugurale. 

Frugalité Heureuse 

Il a participé aux travaux de création du label HQE, crée le bureau d’études TRIBU et est membre fondateur de l’ICEB (Institut pour la Conception Environnementale du Bâti). Alain Bornarel est de longue date convaincu que la question environnementale a toute sa place, voire la première, dans le bâtiment. Il vient d’ailleurs d’en publier un texte intitulé « Manifeste pour une frugalité heureuse ».

« Le temps presse »

« L’alarme sonne de tout coté », explique l’ingénieur. Et selon lui, les acteurs du bâtiment ont toute leur part à prendre dans les choix de construction, « leurs domaines d’action émettent au moins 40 % des gaz à effet de serre pour les bâtiments ». Pour cela, il prône la frugalité. D’abord en énergie, ce qui est désormais techniquement possible grâce à la récupération de la chaleur fatale ou encore à la conception bioclimatique. 3La frugalité en matière » est un autre cheval de bataille grâce à l’usage du bois ou bien de la terre crue. Frugalité en technicité. Stop à la « smartomania », explique le spécialiste qui plébiscite une approche low tech : « ce n’est pas le bâtiment qui est intelligent, ce sont ses habitants ». Enfin, la frugalité doit s’inscrire dans un territoire. Qu’il soit urbain ou rural, « le bâtiment frugal se soucie de son contexte ». Et de conclure pour contenir et éradiquer les dérèglements globaux : « le bâtiment frugal et le territoire frugal sont les réponses que nous avons choisies ».

Un choix largement débattu en cette soirée de février. Sera-il la voie choisie par les étudiants des Hauts-de-France engagées dans la conquête du Solar Décathlon 2019 ? 

Réponse dans quelques mois.

J. D.

Ecoles partenaires :

ENSAPL ; Compagnons du Devoir et du Tour de France : ESAD Valenciennes ; ENSAM Lille ; HEI ; Institut Mines Télécom, Lille & Douai ; Centrale Lille ; Faculté des Sciences Appliquées Béthune ; Université Lille 1 ; Sciences Po Lille ; EDHEC ; Institut Catholique de Lille ; ENSAIT.

Habiter2030 officiellement dans la course Solar Decathlon 2019